L’avenir en commun

Le programme de la France Insoumise est maintenant disponible sur Internet. Il est possible de le consulter ici.

Il est même possible de le consulter sans Javascript.

Faire des IHM en python avec GTK3, les propriétés

Qu’est-ce qu’une propriété ?

Dans GTK les propriétés sont des attributs d’un objet de la fenêtre. La propriété contenant le texte de l’étiquette sur un bouton se nomme « label ». Chaque objet graphique a des propriétés.

Définir les propriétés d’un objet à sa création

Pour définir les propriétés graphiques d’un objet à sa création, les valeurs des propriétés sont à donner en paramètres au constructeur de cet objet. Par exemple, pour créer une étiquette avec pour texte « étiquette » aligner à droite et pour angle vingt-cinq degrés :

étiquette = Gtk.Label (label="étiquette", angle=25, halign=Gtk.Align.END)

Définir les propriétés d’un objet après sa création

étiquette = Gtk.Label ()
étiquette.set_label ("étiquette")
étiquette.set_angle (25)
étiquette.set_halign (Gtk.Align.END)

Comment afficher les propriétés d’un objet ?

objet = Gtk.Box ()
print (dir (objet.props))

Les articles de la série :

Faire des IHM en python avec GTK3, les signaux

Boucle principale

Dans l’article « Faire des IHM en python avec GTK3, introduction », nous avons vu comment créer une fenêtre avec un simple bouton à l’intérieur. Nous avons utiliser une instruction permettant de rentrer dans la boucle principale du programme.

Gtk.main ()

Dans cette boucle, GTK attend un évènement et lorsqu’il en reçoit un, il appelle la fonction lié à cette évènement s’il y en a une puis lorsque la fonction se termine, il attend de nouveau un évènement et ainsi de suite.

Maintenant que vous savez à peu près comment GTK procède pour la gestion des évènements, voyons ce que sont les signaux.

Les signaux

Un évènement avec GTK est simplement l’émission d’un signal. Un signal correspond a une action fait sur un composant de la fenêtre ou même la fenêtre elle-même. Par exemple, un signal est émis lors de l’appui sur un bouton, ou quand une case à cocher passe de décoché à coché ou l’inverse.

Continuer la lecture de « Faire des IHM en python avec GTK3, les signaux »

Faire des IHM en python avec GTK3, introduction

Présentation de cette série d’articles

Cette série d’article a pour but d’être une documentation française complète sur GTK3 en python, en effet quand j’ai voulu apprendre a utiliser GTK3 je n’ai pas trouver de documentation en français et je trouve cela regrettable. Elle n’est pas encore terminée mais je vais essayer de publier des articles régulièrement. La documentation que j’ai lu pour apprendre à utiliser GTK3 est accessible ici (mais est en anglais).

Présentation de GTK3

Il est possible de faire des interfaces homme-machine en python à l’aide de nombreuses bibliothèques. La bibliothèque que je souhaite vous présenter est GTK3.

GTK est un sigle signifiant the gimp toolkit, The GIMP signifie The GNU image manipulation program. Donc GTK signifie en français : la boîte à outils du programme de manipulation d’image de GNU.

J’ai choisi cette bibliothèque car elle est relativement simple à utiliser et le rendu final peut être génial.

Prérequis

Il est nécessaire pour comprendre cet article de savoir utiliser les objets en python et donc d’avoir déjà un peu programmé avec python.

Programmes utilisant GTK3

Gedit

Gedit

Gedit est l’éditeur de texte de GNOME, il a été fait avec GTK3. Continuer la lecture de « Faire des IHM en python avec GTK3, introduction »

Fichier TES, danger pour les libertés !

Le dimanche trente octobre 2016, le gouvernement a publié un décret dans le journal officiel ayant pour objectif de constituer un fichier, nommé « titres électroniques sécurisés », regroupant de nombreuses informations personnels sur tous les français titulaires d’une carte nationale d’identité ou d’un passeport soit environ soixante millions de personnes. Le décret a pris effet le lendemain de sa publication.

Parmi les informations présentes dans ce fichier, il y a :

  • le nom
  • les prénoms
  • le sexe
  • la couleur des yeux
  • la taille
  • le domicile
  • le nom, prénom et nationalité des parents
  • une photographie
  • les empreintes digitales
  • la signature
  • le numéro de téléphone
  • l’adresse de messagerie électronique

Ont accès à ces informations (sauf les empreintes digitales) :

  • la police nationale
  • la gendarmerie nationale
  • les agents des services de renseignements
  • les agents de la direction centrale de la police judiciaire

La Quadrature du Net a soulevé plusieurs problèmes concernant ce fichier, on ne sait qui pourra accéder à ces informations par la suite, il est écrit dans le décret qu’il ne sera pas possible de rechercher quelqu’un en utilisant sa photographie ou ses empreintes digitales mais il se pourrait que cette restriction disparaisse. Une autre inquiétude liée à ce fichier est la possibilité que quelqu’un accède au travers d’une faille aux informations contenues dans cette base de données.

Je vous conseille de lire l’article de La Quadrature du Net à ce sujet : https://www.laquadrature.net/fr/oln-fichier-tes-danger-pour-libertes

Le décret est accessible ici.